Musée en Herbe : y’a pas d’âge…

Cette publication est la partie 2 de 2 dans la série Revue 105 (janvier-février 2024)

Le musée en Herbe, situé entre le Louvre et les Halles à Paris, ambitionne de sensibiliser les enfants dès leur plus jeune âge aux expressions artistiques actuelles. Mêlant découverte des œuvres et approche ludique, ce petit musée dont la visite dure moins d’une heure, propose un parcours pensé et adapté pour les 4-10 ans. Après une exposition de l’artiste Speedy Graphito, c’est le célèbre street artist Seth qui est à l’affiche jusqu’au mois de mai.

Ce parcours s’effectue avec un livret que les enfants remplissent d’un crayon à l’encre magique, qu’on ne peut voir qu’à la lumière bleue. Les différentes activités amènent à une scrutation intensive et approfondie des œuvres, sans jamais en évacuer la dimension sensible.

Entre défi et regard, les visiteur·euses en herbe mettent au final énormément de sens dans la visite, ce qui n’est pas chose aisée tant l’accès à l’art est déterminé socialement et culturellement. Et nécessite un apprentissage.

La visite reste par ailleurs un moment de découverte pour les visiteur·euses adultes. Si l’univers priorise les enfants, la proposition artistique est suffisamment qualitative pour enrichir le bagage des plus grand.es. Et pas chacun·e dans son coin : tout est prévu pour que l’interaction soit intergénérationnelle.

Le musée en Herbe réussit ainsi un pari génial : de réels moments de partage autour d’un objet, l’art pictural, qui ne s’y prête pas d’emblée. ■

Antoine Chauvel

Le musée en Herbe, 23 rue de l’Arbre Sec 75001 Paris. Réservation conseillée

  • Profs : prolétarisation en cours
    Baisse du pouvoir d’achat, démissions en cascades, difficultés de recrutement, multiplication des burn-out… Les indices sont là d’une profession qui se modifie, qui perd de son attrait et qui semble en proie à un réel malaise. Peut-on alors en déduire que le travail enseignant se prolétarise ? ■ Par Frédéric Grimaud Si l’on s’en tient[…]
  • Revue 106 (mars-avril 2024)
    Sommaire p. 2 Journées d’études de l’École émancipée 2024p. 3 ÉditoSOCIÉTÉp. 4 à 6 : Entretien avec Laurence Marandola, présidente de la Confédération paysanneÉDUCATIONp. 7 à 9 : Profs, prolétarisation en coursp. 10 et 11 : Derrière la douceur du sépia, le vrai danger de l’école de la Macroniep. 12 et 13 : Riposte unitaire[…]
  • Journées d’étude de l’Ecole Emancipée 2024 : du 6 au 9 juillet
    Année 2024,année du changement :nouvelle équipe responsable, nouveau lieu pour les J3É qui se tiendront au lycée agricole public d’Airion dans l’Oise. Proche de Paris, un cadre champêtre au coeur de l’Oise Le lycée se situe sur la commune d’Airion, à 4 km de Clermont-de-l’Oise, sur la ligne Paris-Amiens. Dans un cadre bucolique, il réunit[…]
  • Une période de responsabilité pour notre syndicalisme
    Parce que dans la période, les vents sont contraires pour notre camp social, notre syndicalisme de lutte, de masse et de transformation sociale est plus que jamais nécessaire Tout ce que nous faisons pour agir, tout ce que nous construisons comme cadres unitaires, nous le pensons face aux coups de boutoirs du libéralisme et face[…]
  • Palestine : nommer la guerre, sauver le droit, faire cesser le feu
    La guerre menée par Israël à Gaza est entrée dans son quatrième mois, son bilan ne cesse de s’alourdir. La violence militaire se diffuse en Cisjordanie, et au-delà au Proche-Orient, laissant craindre un embrasement régional. À côté des répercussions géopolitiques immédiates,
la violence qui se déploie à Gaza, dans l’impunité la plus totale, questionne la nature[…]
Navigation dans la série<< AOC, démission !