AOC, démission !

Cette publication est la partie 1 de 2 dans la série Revue 105 (janvier-février 2024)

À peine nommée à la tête d’un super-ministère regroupant l’Éducation nationale, la Jeunesse, les Sports et les Jeux olympiques et paralympiques, Amélie Oudéa-Castéra a montré l’étendue de son mépris pour l’école publique et ses personnels. Avertie que la scolarisation de ses enfants dans un établissement privé catholique sous contrat allait lui être reprochée, elle s’est « défendue » en attaquant l’école publique, dans laquelle des « paquets d’heures » seraient perdus, faute que les absences soient remplacées. Les enquêtes journalistiques et les propos de la ministre qui ont suivi montrent qu’il ne s’agit pas d’une maladresse : ces propos sont révélateurs d’un profond mépris de la classe dominante pour l’école publique, vue comme une école des pauvres. La politique des gouvernements successifs de Macron a largement contribué aux difficultés actuelles de l’école : non seulement cela n’est pas reconnu par AOC, mais elle continue à justifier l’injustifiable, accusant les articles et rapports d’être à charge et se présentant comme une victime d’attaques personnelles. La ministre n’est pas la seule responsable de ce fiasco médiatique et de la politique antisociale qui est menée, mais elle en est le symbole. Pour tout cela, elle doit partir, et le gouvernement Attal avec !

  • Revue 106 (mars-avril 2024)
    Sommaire p. 2 Journées d’études de l’École émancipée 2024p. 3 ÉditoSOCIÉTÉp. 4 à 6 : Entretien avec Laurence Marandola, présidente de la Confédération paysanneÉDUCATIONp. 7 à 9 : Profs, prolétarisation en coursp. 10 et 11 : Derrière la douceur du sépia, le vrai danger de l’école de la Macroniep. 12 et 13 : Riposte unitaire[…]
  • Journées d’étude de l’Ecole Emancipée 2024 : du 6 au 9 juillet
    Année 2024,année du changement :nouvelle équipe responsable, nouveau lieu pour les J3É qui se tiendront au lycée agricole public d’Airion dans l’Oise. Proche de Paris, un cadre champêtre au coeur de l’Oise Le lycée se situe sur la commune d’Airion, à 4 km de Clermont-de-l’Oise, sur la ligne Paris-Amiens. Dans un cadre bucolique, il réunit[…]
  • Une période de responsabilité pour notre syndicalisme
    Parce que dans la période, les vents sont contraires pour notre camp social, notre syndicalisme de lutte, de masse et de transformation sociale est plus que jamais nécessaire Tout ce que nous faisons pour agir, tout ce que nous construisons comme cadres unitaires, nous le pensons face aux coups de boutoirs du libéralisme et face[…]
  • Palestine : nommer la guerre, sauver le droit, faire cesser le feu
    La guerre menée par Israël à Gaza est entrée dans son quatrième mois, son bilan ne cesse de s’alourdir. La violence militaire se diffuse en Cisjordanie, et au-delà au Proche-Orient, laissant craindre un embrasement régional. À côté des répercussions géopolitiques immédiates,
la violence qui se déploie à Gaza, dans l’impunité la plus totale, questionne la nature[…]
  • Inclusion, porter un projet émancipateur
    L’acte 2 de l’école inclusive augmente la déréglementation et aggrave la position des accompagnantes des élèves en situation de handicap (AESH). La FSU défend une autre vision de l’inclusion, émancipatrice pour toutes et tous Le principe de l’inclusion fait largement consensus tant il participe d’un projet émancipateur de l’École, du « toutes et tous capables » dans[…]
Navigation dans la sérieMusée en Herbe : y’a pas d’âge… >>