La Argentina no se vende

La grève générale du 24 janvier 2024 contre la politique de Javier Milei a déclenché un élan international de solidarité. Avec le mot d’ordre « la Argentina no se vende » (l’Argentine n’est pas à vendre), les argentin·es résidant à l’extérieur de leur pays ont organisé des rassemblements pour protester contre la politique ultra-libérale du gouvernement d’extrême droite de Milei. Berlin, Madrid, Barcelone, Valence, Rome, Bruxelles, Amsterdam, Paris et Toulouse font partie d’une longue liste de villes où ont eu lieu ces rassemblements. Il s’agit de la grève générale (Paro nacional) la plus rapide de l’histoire argentine, à peine le gouvernement installé. Elle a été une grande réussite, dans les entreprises et dans la rue.

Les organisations syndicales, sociales et politiques argentines demandent l’annulation de l’article du Décret de nécessité et d’urgence (DNU), qui entend imposer un changement profond des règles du monde du travail : l’extension de la période d’essai de trois à huit mois pour les nouveaux employé·es ; la limitation du droit de grève et des facilités pour licencier celles et ceux qui participent à des actions syndicales ; une baisse des salaires et le non paiement des heures supplémentaires ainsi que l’annulation d’autres obligations de l’employeur à l’expiration de la convention collective si celle-ci n’est pas renouvelée par une nouvelle convention. Le vote de la loi reprenant les dispositions du décret est repoussé d’une semaine, ouvrant la voie à une nouvelle mobilisation d’ampleur. Plus largement, la mobilisation s’oppose à la « vente » du pays aux multinationales. ■

  • Profs : prolétarisation en cours
    Baisse du pouvoir d’achat, démissions en cascades, difficultés de recrutement, multiplication des burn-out… Les indices sont là d’une profession qui se modifie, qui perd de son attrait et qui semble en proie à un réel malaise. Peut-on alors en déduire que le travail enseignant se prolétarise ? ■ Par Frédéric Grimaud Si l’on s’en tient[…]
  • Revue 106 (mars-avril 2024)
    Sommaire p. 2 Journées d’études de l’École émancipée 2024p. 3 ÉditoSOCIÉTÉp. 4 à 6 : Entretien avec Laurence Marandola, présidente de la Confédération paysanneÉDUCATIONp. 7 à 9 : Profs, prolétarisation en coursp. 10 et 11 : Derrière la douceur du sépia, le vrai danger de l’école de la Macroniep. 12 et 13 : Riposte unitaire[…]
  • Journées d’étude de l’Ecole Emancipée 2024 : du 6 au 9 juillet
    Année 2024,année du changement :nouvelle équipe responsable, nouveau lieu pour les J3É qui se tiendront au lycée agricole public d’Airion dans l’Oise. Proche de Paris, un cadre champêtre au coeur de l’Oise Le lycée se situe sur la commune d’Airion, à 4 km de Clermont-de-l’Oise, sur la ligne Paris-Amiens. Dans un cadre bucolique, il réunit[…]
  • Une période de responsabilité pour notre syndicalisme
    Parce que dans la période, les vents sont contraires pour notre camp social, notre syndicalisme de lutte, de masse et de transformation sociale est plus que jamais nécessaire Tout ce que nous faisons pour agir, tout ce que nous construisons comme cadres unitaires, nous le pensons face aux coups de boutoirs du libéralisme et face[…]
  • Palestine : nommer la guerre, sauver le droit, faire cesser le feu
    La guerre menée par Israël à Gaza est entrée dans son quatrième mois, son bilan ne cesse de s’alourdir. La violence militaire se diffuse en Cisjordanie, et au-delà au Proche-Orient, laissant craindre un embrasement régional. À côté des répercussions géopolitiques immédiates,
la violence qui se déploie à Gaza, dans l’impunité la plus totale, questionne la nature[…]