Une poussée internationale

Milei en Argentine, Bolsonaro au Brésil, Trump sur le même continent, Modi ou Duterte en Asie, Saïed en Tunisie ou Meloni, Wilders en Europe… La poussée des forces ultra réactionnaires est constatable à l’échelle mondiale. Au-delà de contextes socio-politiques internes et de racines historiques qui divergent, une cohérence des extrêmes droites à l’échelle internationale existe.

Comme le décrit l’historien Nicolas Lebourg1, une des caractéristiques de l’extrême droite est la construction d’une identité de peuple, fantasmé comme « uni ». Cette construction permet notamment de nier les divisions de classe et de genre. Et de coaliser ce qui s’oppose « par nature » à des élites forcément déconnectées. Ce discours sur le peuple relève bien sûr de la posture bien plus que de la réalité au vu de l’origine sociale d’un certain nombre de dirigeant·es – Le Pen, Trump, Wilders ou Bolsonaro ne sont pas des prolétaires – et interroge la place de la notion de « populisme » sur l’échiquier politique.

Le choc des civilisations comme matrice

Dans leur vision organiciste, les extrêmes droites (ED) à l’échelle mondiale voient la société – et chacun·e la leur – comme un organisme vivant. Cette vision implique l’idée de régénération du corps qui nécessite de lutter contre les ennemis intérieurs et les agressions extérieures, y compris dans la violence. Les récentes attaques contre le prétendu wokisme dans les pays dits occidentaux, comme sur l’idéologie LGBT importée d’occident, font partie de cette rengaine que l’on retrouve à différents niveaux comme un trait commun à l’ensemble de ces courants à l’échelle du monde.

Cette rengaine n’a rien de nouveau : elle existe de façon séculaire autour de la figure du « juif » qui a incarné de façon internationale l’étranger – religieux comme culturel – dont il fallait se défendre. Elle prend aujourd’hui, en Occident, la figure du/de la « musulman·e » qui ne serait pas intégrable dans ce peuple, forcément blanc et de culture chrétienne.

C’est en fait d’une version intériorisée – mais théorisée – du choc des civilisations dont il est question : l’incompatibilité au métissage, le danger de tout ce qui vient d’un extérieur dont les frontières sont définies de façon variable (géographiquement, culturellement…), la figure de l’ennemi·e ou des traître·sses sont des marqueurs transnationaux maintes fois constatés.

Un ordre international bouleversé

Refonder l’ordre international est une conséquence de cette vision organiciste. Car, dans les théories réactionnaires, le « mondialisme » – variante moderne de « cosmopolitisme » antisémite – est un péril pour l’identité propre à chaque peuple. Identité que les élites au pouvoir n’hésiteraient pas à gommer, pour un profit jamais clairement identifié. Cette conception entraîne un rapport aux frontières, au territoire, au recours aux forces armées, qui porte en germe des états de guerre. Ce risque est renforcé par le refus d’un traitement supranational de toutes les questions relevant des États dans lesquels ces extrêmes sont au pouvoir : la seule perspective de ces gouvernant·es est celle des alliances ponctuelles et surtout du rapport de force permanent. L’épuration ethnique en cours à Gaza en est une illustration tout comme la situation ukrainienne : n’oublions pas qu’en 2014, l’annexion de la Crimée par les forces russes présageait une offensive ultérieure.

Pour un capitalisme en recomposition, le recours à l’ED n’est pas une simple option mais une hypothèse crédible. Les évolutions aux quatre coins du Globe portent trop de caractéristiques communes pour continuer à le nier et à refuser de le combattre. ■

Antoine Chauvel

1. Nicolas Lebourg, Le Monde, 31/10/2021

  • Agriculture : poursuivre le combat pour changer de paradigme
    Entretien avec LAURENCE MARANDOLA, PRÉSIDENTE DE LA CONFÉDÉRATION PAYSANNE Ce début d’année a été marqué par un mouvement social d’ampleur des agriculteurs et agricultrices. Mêlant radicalité et spontanéité, il a finalement été récupéré par la fédération nationale des syndicats des exploitants agricoles (FNSEA), plus gros syndicat des exploitant·es agricoles et a débouché sur quelques aides[…]
  • Séisme à Gaza – les répliques régionales et internationales
    Au-delà d’Israël et de Gaza, les évènements du 7 octobre ont ouvert plusieurs fronts. Ils entraînent des conséquences diplomatiques et militaires au niveau régional comme international. Par Nicolas Dot-Pouillard Les effets du 7 octobre 2023 ne se limitent pas à une bande de Gaza détruite, et à un bilan humanitaire excédant les 30 000 mort·es et[…]
  • Riposte unitaire
    Face aux attaques répétées contre le service public d’éducation le conduisant au bord de la rupture, syndicats, associations, chercheur·es et militant·es pédagogiques ont initié un cadre commun. *Par Alex Martineau « L’école française, dans son ensemble, va mal. Poursuite de la baisse des résultats des élèves de 15-16 ans en maths et lecture, confirmation des[…]
  • Syndicalisme de transformation sociale – qu’entend-on par là ?
    La notion de syndicalisme de transformation sociale est revendiquée aussi bien par des organisations comme la CGT, la FSU ou même la CFDT. Sa signification n’est pas la même pour toutes, essayons d’en voir les contours… Par Karel Yon Au moment de son arrivée à la tête de la CFDT, Marylise Léon affirmait son attachement[…]
  • Derrière la douceur du sépia,le vrai danger de l’école de la Macronie
    Loin d’une incohérence entre réformes relevant de logiques libérales et mesures réactionnaires flattant la droite extrême, l’école macronienne, de Blanquer à Belloubet en passant par Attal ou AOC, articule ces dimensions pour parachever une école du maintien de l’ordre inégalitaire établi. Par Laurence de Cock Il faut le dire, l’école d’Emmanuel Macron est une réussite[…]