"C’est ça, la laïcité..." : une campagne basée sur un imaginaire raciste qui instrumentalise la laïcité !

Intervention de l’EE au BDFN du 30 août 2021
mardi 31 août 2021  |  par  École Émancipée  | 

Quelques jours seulement après la promulgation de la loi confortant les principes de la République, le ministère a lancé sa campagne de promotion de la laïcité à l’école par la diffusion de 8 affiches qui a suscité un légitime émoi.

Outre le fait que ces affiches n’explicitent en rien les fondements de la laïcité, elles entretiennent une confusion dangereuse entre religion et origines réelles ou supposées des élèves. Basées sur un imaginaire raciste, elles laissent penser que la laïcité repose forcément sur les populations immigrées. En véhiculant des stéréotypes racistes et essentialisants, elle laisse planer le doute sur le fait que ce seraient les personnes issues de la diversité qui pourraient porter atteinte à la laïcité. C’est inacceptable !
Comme la FSU a dénoncé l’instrumentalisation de la laïcité lors des débats autour de la loi dite sur le « séparatisme », elle doit dénoncer cette campagne qui instrumentalise une fois de plus la laïcité pour diviser plus que pour unir. Elle constitue le relai d’une vision étriquée et dévoyée de la laïcité. Suite à la disparition de l’observatoire de la laïcité, elle présage rien de bon en matière de mise sous tutelle des pratiques enseignantes et cherche même à en faire des relais d’une idéologie réactionnaire d’état.
Il faut replacer cette campagne intitulée « c’est ça la laïcité »… dans son contexte : elle n’est pas seulement problématique en elle-même, elle est une étape de plus dans la diffusion d’une vision idéologique et biaisée de la laïcité. Le MEN l’écrit lui-même cette campagne s’inscrit dans un ensemble avec le Conseil des sages, les équipes nationale et académique « valeurs de la République », formation des professeur·es dans la lignée du rapport Obin, carré régalien ….
Les projets de formation à la laïcité des profs, et au-delà des fonctionnaires sont particulièrement inquiétants.
Au lieu de proposer des éléments de connaissances permettant de replacer la laïcité dans son contexte historique, juridique, philosophique, la vision Blanquerienne de la laïcité cherche à contraindre les agent·es (notamment les enseignant·es) et à prescrire des outils. S’agissant de prévenir l’exclusion voire les violences, c’est tout à fait contre-productif.
C’est également en lien avec la place très fortement accrue des questions de laïcité dans les concours de recrutement d’enseignant·es. La 2ème épreuve orale, à très fort coefficient, comporte une part importante de questions sur la laïcité et on comprend aisément qu’il s’agit de réciter son « bréviaire » Blanquer.
Et dans le même temps, le rapport Obin prescrit la façon de travailler ces questions et les interdits, mais aussi les formateurs-trices à éviter : les universitaires… Extrait du rapport (page 12) : « les dérives idéologiques que l’on connaît et qui affectent certains départements universitaires de sciences humaines ont pénétré quelques [inspé] [...]. En guise de formation à la laïcité, on inflige parfois aux étudiants des cours ou des mémoires portant sur la « déconstruction » du discours officiel sur la laïcité, prétendant mettre à jour le « racisme systémique » d’un Etat « post-colonial » et « islamophobe ». [...] »
La FSU doit demander le retrait de cette campagne d’affiches et rester en alerte sur les contenus et ressources en ligne qui vont être publiés d’ici peu mais aussi sur les contenus de la formation des personnels.
Il faut également réfléchir à engager un travail intersyndical sur ces questions.


Navigation

Recherche par thème

118/342
81/342
40/342
51/342
342/342
65/342
23/342
26/342
106/342
20/342
64/342
245/342
219/342

Sites favoris


3 sites référencés dans ce secteur

Sur le Web