Laurent Cadreils : Faire campagne sur nos salaires, une priorité syndicale

vendredi 13 septembre 2019  |  par  ÉÉ-SNUipp  | 

Nous avons vécu une rentrée particulière : Macron et Blanquer le bon élève qui reçoivent les organisations syndicales… comme si c’était un truc de fou. Mais une rentrée particulière surtout car la communication de Blanquer a fait que nous avons parlé d’un vrai sujet. Un sujet au cœur de notre communication syndicale depuis plusieurs années : les salaires des enseignant-es des écoles.

Et hop là, je te vends les suites des mesures PPCR, que d’ailleurs mon gouvernement a repoussé d’un an, pour un gain de 300 € pour les profs. Et hop, j’essaie de faire croire que l’évolution moyenne des salaires de 300 € annuelle serait une manne mensuelle de 300 € sonnante et trébuchante pour les enseignant-es.

Et puis, ils voudraient mettre en avant l’augmentation des salaires parce que la réforme systémique des retraites qu’ils appellent de leur vœu entrainerait une baisse globale des pensions. Les personnels qui seraient le plus impactés, selon Macron seraient les aides-soignantes, les infirmières et les enseignantes… Oh surprise ! 3 métiers très largement féminisés. Donc, il faut faire un effort pour ces métiers pour compenser les baisses des pensions. Cette affaire ne marchera pas. Malgré un rattrapage des salaires, le changement du mode de calcul entrainerait une baisse importante des droits à pension. C’est pourquoi, on ne peut pas accepter un deal « je te rajoute des primes, et on change le mode de calcul ».

En revanche, ce qu’on peut faire, c’est battre le fer tant qu’il est chaud comme dans la chanson. C’est répondre à notre ministre et lui dire … « Tu as voulu nous entourlouper en faisant croire à la population qu’il y avait une vraie augmentation des salaires. Mais, tu t’es emmêlé les pieds dans le tapis, car la population et surtout les parents d’élèves, trouve ses enseignant-es mal payés, la presse a relayé l’écart de rémunération avec nos homologues européens… Alors il faut augmenter les salaires de tous les personnels de l’école de 300 € nets par mois, tout de suite. C’est un rattrapage de notre perte de salaire depuis de nombreuses années. »

Augmenter les salaires de 300 € pour les profs…, c’est trop cher ?

Pas si sur. Les dividendes versés aux actionnaires au deuxième trimestre 2019 affichent un nouveau record. Ils ont atteint la somme folle de 514 milliards de dollars. Avec 51 milliards de dollars de dividendes, la France conforte sa place de meilleur producteur de profits devant l’Allemagne qui n’a versé que 38,5 Milliards.

C’est le même montant que la suppression de l’ISF, 3,2 Milliards d’euros. A une différence, prêt, c’est que l’augmentation des salaires abonde la protection sociale, permet de créer de la richesse socialisée, solidifie pour partie le système de retraite et n’est pas confisquée par quelques-uns en optimisation fiscale ou autre produits dérivés.

Augmenter les salaires des enseignant-es, c’est plus que légitime. A nous, en même temps, de construire les éléments de convergence avec les personnels hospitaliers, les fonctionnaires territoriaux, les salarié-es en général pour regagner une répartition de la richesse donnant plus de place aux salaires et moins à la plus-value. Les dividendes versés aux actionnaires au deuxième trimestre 2019 affichent un nouveau record. Ils ont atteint la somme folle de 514 milliards de dollars. Avec 51 milliards de dollars de dividendes, la France conforte sa place de meilleur producteur de profits devant l’Allemagne qui n’a versé que 38,5 Milliards. Une campagne : Augmenter les salaires de 300 €, C’est beaucoup demander


Navigation par Thèmes

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur